AVIONSETCIE

AVIONSETCIE

Tupolev Tu-144

Tupolev Tu-144  (Ty-144 en russe)

Type d’avion... avion de ligne supersonique (quadrimoteur/turboréacteurs)

Constructeur... Tupolev (URSS Drapeau : URSS
Vol inaugural... 31 décembre 1968
Mise en service... 26 décembre 1975 par Aeroflot (URSS Drapeau : URSS)
Retrait... 14 avril 1999
Exemplaires fabriqués... 16

Disposition des sièges (économie)... 3-2
Dimensions/Performances

Modèle Tu-144S Tu-144D
Longueur 65,7 m 65,7 m
Envergure 28,8 m 28,8 m
Vitesse de croisière 2 200 km/h (Mach 2,07) 2 120 km/h (Mach 2,0)
Rayon d'action 3 080 km 6 200 km
Nbr. de passagers 120 120
Equipage cockpit 3 3
Motorisation (4x) Kouznetsov NK-144 Koliesov RD-36-51

 

Histoire

Le Tupolev Tu-144 est un avion de ligne supersonique produit par l'entreprise russe Tupolev (alors dirigée Alekseï Tupolev, fils du fondateur de la société) dans les années 60-70. La conception du Tu-144 est due en partie à l'espionnage industriel, mené chez l'Aérospatial, le bureau d'étude du Concorde.

Plusieurs espions furent pris sur le fait, comme Sergei Pavlov, le directeur du bureau parisien d'Aeroflot, qui est arrêté en 1965, en possession de plans détaillés des freins, du train d'atterrissage et de la cellule du Concorde

C'est cet espionnage qui explique l'incroyable ressemblance entre le Tu-144 et le Concorde. L'avion russe est désormais un des exemples les plus cités pour évoquer l'espionnage industriel  au 20ème siècle. Les médias occidentaux ont par ailleurs surnommé le Tu-144 "Concordski". Pourtant, le Tu-144 n'était pas une simple copie du Concorde car des changements considérables furent apportés par les ingénieurs russes.

À l'exception du prototype, les appareils sont équipés de plans canards rétractables, placés à l'arrière du cockpit, sur le haut du fuselage, disposant de volets de courbure. Ces plans, appelés « moustaches », sont utiles au contrôle du tangage à basse vitesse, l'aile delta ne fournissant pas une portance suffisante. L'aile delta étant peu portante à basse vitesse, l'avion devait adopter une position très cabrée, ce qui réduisait considérablement la visibilité à basse vitesse. Pour remédier à ce problème, le Tu-144, tout comme le Concorde, disposait d'un nez basculant

Le prototype vola le 31 décembre 1968 près de Moscou, avec deux mois d'avance sur le Concorde. Le premier vol dure 38 minutes, et l'avion volait à une vitesse subsonique. L`URSS a ainsi battu de vitesse le Concorde européen; il faut dire que les dirigeants de Kremlin de Moscou savaient que le vol initial du Concorde était prévu pour fin février 1968 et comme ils tenaient absolument à être les premiers à faire voler leur avion malgré une météo très mauvaise, des avions ensemencèrent les nuages d`iodure d`argent pour les précipiter. 

 Le Tu-144 passa le mur du son (1 100 km/h ou Mach 1) le 5 juin 1969 et atteignit Mach 2 (2 200 km/h) le 26 mai 1970. Il devint ainsi le premier avion de transport commercial à dépasser Mach 2 puis l'avion commercial le plus rapide de l'histoire quelques mois avant le Concorde.

Toutefois, en raison d'un manque de fiabilité, l'avion ne connut qu'une carrière commerciale très brève.

Le premier accident important a lieu le  3 juin 1973, à 15 h 29, au cours d'une démonstration en vol lors du 30e Salon du Bourget. L'accident est dû à une erreur de pilotage et a causé la mort des six membres d'équipage de l'appareil et de huit personnes au sol.

Le premier Tu-144S entra en service le 26 décembre 1975, transportant du courrier et du fret entre Moscou et Alma-Ata en préparation d'une ouverture de la ligne au trafic passagers, qui intervint en novembre 1977.

Il y eut une courte période d'exploitation en vol régulier mais le 23 mai 1978, le premier Tu-144D (no 77111) connut une panne en vol lors d'un vol de qualification et s'écrasa, à Legorievsk, causant la mort de 2 des 8 membres de son équipage. En conséquence, le vol Aeroflot du 1er juin 1978 fut le cinquante-cinquième et dernier vol régulier.

Un vol régulier mais seulement avec du fret fut rétabli le 23 juin 1979, utilisant le nouveau modèle Tu-144D, y compris sur de plus longs itinéraires comme Moscou ⇄ Khabarovsk grâce à l'autonomie supplémentaire liée à l'emploi de moteurs plus économes (RD-36-51).

En comptant les 55 vols passagers, il n'y eut que 102 vols réguliers, tous opérés par Aeroflot, avant la fin définitive du service commercial.

Dans les années 1980, les deux derniers modèles de production en état de vol ont été utilisés pour des essais, notamment pour la recherche sur la couche d'ozone à haute altitude. Durant ces essais, ils ne furent pas autorisés à dépasser Mach 1. Ces deux avions, no 77114 et no 77115, sont conservés aujourd'hui à l'usine Tupolev de Joukovski en Russie. Ces essais se poursuivirent jusqu'en 1990.

Sans titre.pngarticle par Avions-et-cie



25/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres